"Vous êtes un homme intelligent. Vous avez déjà compris comme moi qu'il est plus raisonnable que nous retournions chacun à nos vies. Avant que tout ne soit trop douloureux. 

(...) J'ai toujours été trop entière.

Pour ne plus avoir mal je me dirai que ce n'était que chimie, qu'avec votre expérience et votre maturité je ne me serais jamais sentie digne de vous, et que je ne vous aurais de toute façon rien apporté.

Je ne sais pas si je dois aller jusqu'à vous remercier mais l'espace d'une semaine j'aurais eu l'impression d'exister.

Je vous souhaite le meilleur pour l'avenir et vous embrasse, si vous le permettez."

Ne pas être disponible ne vous empêchait pas de dormir la nuit. Moi si. Je crois que je dois me rendre à l'évidence, je ne sais pas séparer les sentiments de la chair.

A la lecture de vos mails je me suis garée, j'ai pleuré un moment et j'ai rédigé ce message d'adieu.

Ne jugez pas ma vie. Vous n'en connaissez rien.

Adieu.